Actualités

Analyse de l'hiver 2022-2023

Publié le 2/1/2023

Réseau ville

Depuis le début de l'automne, les systèmes énergétiques français sont en délicatesse. Que ce soit en électricité ou en gaz, les acteurs nationaux supervisent les évolutions et mettent en garde sur les difficultés rencontrées (voir ici).

Voici l'analyse des consommations Gaz et Electricité à Grenoble, sur les réseaux GreenAlp, en comparaison avec l'année précédente.

 

Septembre et Octobre : Globalement chauds

 

Septembre et Octobre ont été très doux. S'il y a eu un peu de fraicheur sur la seconde quinzaine de septembre, cela ne s'est pas traduit par une hausse sensible des consommations d'énergie pour le chauffage. Les premiers messages appelant à la sobriété et à la vigilance ont également pu avoir des effets.

Typologie client

Sur les réseaux grenoblois, nous constatons des évolutions différenciées selon les secteurs d'activité.

En gaz, aucune évolution notable. Cela est due à l'absence de chauffage à cette période de l'année et à une stabilité des usages commerciaux et industriels.

En électricité, les industriels (clients C1 et C2) consomment moins qu'en 2021. Cela est du à leur politique industrielle, sans que l'on puisse statuer sur les raisons sous-jacentes (disponibilité des matières premières, cycles de production, coûts d'approvisionnements, etc).

Pour les clients C4 (petits professionnels, de 36 à 250 kVA) un début de sobriété est visible: -7,7%, à température équivalente. L'impact économique des évolutions des coûts de fourniture est certainement le premier moteur de cette baisse.

A l'inverse, on note une surconsommation pour les clients C5 (particuliers et petits professionnels).

Le fait qu'octobre, mois de transition dans les consommations énergétiques, soit doux incite à la prudence sur l'interprétation de ces variations.

Consommations d'Octobre 22 vs 21, par segment.

 

Novembre : Début de la sobriété

En novembre, bien qu'il ait fait plus chaud de 3,1°C en moyenne par rapport Novembre 2021, les températures baissent et sont durablement en dessous du seuil de chauffe. Les messages gouvernementaux et de l'ensemble des acteurs du monde de l'énergie sur le besoin de maîtrise des consommations et des risques de coupure s'amplifient.

Cela se traduit donc en deux effets :

  • Une hausse de la consommation énergétique: c'est le besoin de chauffe, que ce soit à l'aide de chauffage électrique, au gaz, individuel ou collectif.
  • De la sobriété: à température similaire, les consommations sont plus faibles. Le chauffage est le premier levier de sobriété pour les Grenobloises et Grenoblois.

 

En gaz, la baisse est de -7,1% par rapport à l'année précédente. Cette variation est calculée en s'affranchissant des effets climat, c'est à dire en corrigeant les températures.

Cet effet sobriété est clairement visible lorsque l'on compare aux valeurs historiques: les consommations 2022 sont dans le bas de la plage 2011-2022 (il y a toutefois un effet d'érosion du nombre de clients, négligeable en comparant 2021 et 2022, mais qui est réel depuis 2011)

Conso gaz
Conso élec

En électricité, il y à, là aussi, une disparité entre secteurs.

Les clients électriques C1 et C2 ont une baisse un peu plus marquée en novembre: -8,8%. Celle-ci est due aux effets industriels ainsi qu'à la modulation de la part thermosensible de la consommation.

C'est pour les clients C4 que la baisse est la plus marquée: -12,3%. Elle s'amplifie par rapport à Octobre (-7,7%): c'est la combinaison d'actions volontaires de sobriété et de contraintes financières liées à leurs coûts de fourniture.

Quant aux clients C5, la baisse est cette fois-ci bien présente, essentiellement due au levier chauffage: -3,3%.

 

En énergie, cette baisse représente toutefois le quart de l'écart de consommation Nov.2022 vs Nov.2021.

conso segments

 

Décembre : Frais puis chaud

En décembre, la première décade à été fraiche et l'on constate une poursuite de cette sobriété en gaz et en électricité. Par la suite, il y a d'abord une phase de températures douces, avant une dernière semaine fraiche.

En électricité, dans ces deux segments C4 et C5, on constate une baisse des consommations en période froide, puis une sur-consommation alors que les températures s'adoucissent: il y a là un effet d'inertie, l'usage chauffage n'était pas ajusté dans cette courte période.

Chez les clients C5  (particuliers et petits commerçants), la baisse des consommations est marquée en décembre: -8,3% par rapport à 2021 (corrigé de l'effet température). Ceci est nettement plus fort que ce qui a été observé en novembre (-3,5%).

Chez les clients C4, la consommation baisse de -2,6% (vs -12,4%en novembre).

En gaz, ce même effet d'inertie est visible dans les consommations

Analyse_gaz_oct_dec

 

Sobriété et douceur se poursuivent en Janvier et Février

Analyse_elec_jan_fev

Le mois de janvier 2023 continue la tendance chaude de cet hiver, avec 5,4°C de température moyenne, contre 3,0° l'année dernière. Idem pour février 2023 avec 6,7°C bien que février 2022 était encore plus chaud.

L'impact sur les consommations est également sur la même tendance, avec des baisses marquées pour les deux segements en électricité: -7,9% et -10,5% respectivement pour les clients C4, -9,8% et -10,0% pour les clients C5.

 

 

L'article vous a plu ?

Partager l'article sur :

Les derniers articles

Volontaire solidarité
GreenAlp à la rescousse des habitants du Finistère

La cohorte GreenAlp qui était partie le 16 novembre de Grenoble dir […]

Lire l'article
Horloge
Changement des heures creuses du GRD GreenAlp

Les plages horaires d’heures creuses (HC) relèvent de la responsabi […]

Lire l'article
podium
Résultat du challenge photo - Grottes de Mandrin

Le jury du jeu concours Grottes de Mandrin organisé par GreenAlp et […]

Lire l'article